Outils personnels
Actions sur le document

La dysgraphie

qu'est-ce que l'écriture, bilan et prise en charge de la dysgraphie

Ecrire est une activité complexe qui fait appel simultanément à 3 types de procédure:

  1. choix du graphème : réfléchir au choix des lettres en fonction du mot qu'on veut écrire, en respectant l'orthographe
  2. choix de l'allographe: privilégier un système d'écriture: lettre baton, lettre cursive, majuscule...
  3. activité graphomotrice de base:  enregistrement des données spatiales, direction et organisation des traits, de la taille des caractères....

          ------> c'est cette dernière activité qui doit être automatisée: le geste d'écriture permet alors à l'auteur de se concentrer sur les choix précédents. Puis secondairement, quand l'enfant maîtrise le lexique orthographique ( automatisation aussi de l'orthographe au moins pour les mots usuels), l'écriture va pouvoir s'accélérer....

Cette automatisation du geste d'écriture ne dépend pas seulement des qualités en graphisme du sujet. Certes il vaut mieux être habile dans la maîtrise du tracé et dans la tenue du crayon, mais c'est insuffisant: il existe des contraintes spécifiques à l'écriture : mouvement de gauche à droite et de haut en bas, rotation antihoraire.... l'écriture est une praxie visuo-constructive vue sous cet angle.

La qualité de l'écriture repose donc

  • sur la maîtrise de la conversion phonème-graphème ( voir chapitre troubles du langage écrit)
  • sur l'organisation visuo-spatiale
  • sur la stabilisation tonique et posturale du bras et du corps dans son prolongement , le contrôle de la force motrice ( pression sur le crayon et le papier)
  • Sur l'organisation visuo-perceptive (utile en copie... et même si on peut écrire ensuite les yeux fermés, à l'origine, le contrôle visuel et la coordination oeil-main jouent un rôle majeur dans la mise en place du geste d'écriture)
  • la mémoire de travail de l'individu qui va permettre la réalisation synchronisée de toutes ces procédures.

La dysgraphie est un trouble complexe qu'il faut analyser en détail pour mieux rééduquer et adapter:

  • La première chose à rechercher sera une dyslexie -dysorthographie très souvent associée:

- soit parce que l'enfant se concentre tellement sur la conversion phonème- graphème qu'il n'arrive pas à automatiser le geste d'écriture (la dysgraphie est secondaire)

- soit parce qu'en fait il présente une dyspraxie visuo-spatiale (voir article précédent) qui explique les deux difficultés.

  • Le test le plus complet pour l'analyse de l'écriture est le BHK, qui permet d'avoir une idée générale de la qualité graphique et de mesurer la rapidité de production.
  • D'autres tests vont permettre de rechercher plus particulièrement des troubles visuo-fonctionnels, des troubles visuo-constructifs, des troubles d'acquisition de la coordination motrice et de la force motrice ( pour éliminer un trouble neuro-moteur léger passé inaperçu, une immaturité psychomotrice), des troubles de la posture et de la latéralité.
  • Au moindre doute sur un trouble de la vision, un bilan ophtalmologique et orthoptique sera demandé.

----> c'est en fonction des difficultés et des capacités retrouvées, qu'on pourra proposer à l'enfant une rééducation adaptée: orthoptie, ergothérapie, psychomotricité.

Les adaptations scolaires :

  • font appel à une tolérance vis à vis de la production graphique, en privilégiant la qualité à la quantité tout d'abord.
  • L'adaptation des outils scripteurs et du plan de travail sont parfois conseillés
  • La compensation du handicap par l'outil informatique:

On proposera l'ordinateur:

-  Pour les études secondaires, quand les prises de notes doivent être très rapides, -  ou bien dès le début de la scolarité si la dysgraphie est dûe à un trouble praxique ou neuro-moteur particulièrement sévère.

La proposition d'utilisation de l'ordinateur en classe n'aura de sens que si l'enseignant utilise lui aussi cet outil et l'intègre dans le programme adapté avec son élève, et si l'enfant est accompagné par un adulte pour l'utiliser +++

L'apprentissage du "clavier caché" est utile pour les enfants qui ont de grandes difficultés visuo-perceptives: on supprime le contrôle visuel ( contrôle spatial et tactile des touches uniquement) et l'écriture clavier est plus rapide et moins fatigante.

Par Le Duigou NellyDernière modification 26/03/2009 12:46

Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

Ce site respecte les normes suivantes :