Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Qu'est ce qu'un trouble des apprentissages ? Troubles de l'attention avec ou sans hyperactivité L'enfant hyperactif et le TDA/H ( trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité)
Actions sur le document

L'enfant hyperactif et le TDA/H ( trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité)

Trouble d'attention-concentration avec ou sans hyperactivité: description du trouble, diagnostic

Nature du trouble neuropsychologique:

Lorsque qu'un enfant est hyperactif, agité et impulsif, il y a toujours des troubles d'attention-concentration. Ce sont des enfants qui "décrochent" très vite parce que poussés en avant par l'action, action souvent pas ou mal programmée: d'où une impression de maladresse, de précipitation, d'inachèvement etc...

Mais on peut aussi avoir des enfants qui présentent des troubles d'attention isolés:

Le bilan neuropsychologique permet de préciser la nature et la gravité des troubles d'attention et d'apprécier le retentissement éventuel de ces troubles sur le fonctionnement intellectuel global. En effet, les troubles d'attention concentration vont produire en cascade des difficultés sur:

1.   L'aptitude à la compréhension verbale

2.   L'aptitude à l’organisation perceptive et l' organisation spatiale 

3.   Le degré de liberté par rapport à la distractibilité 

4.   L'encodage mémoire

Le bilan permet de calculer également un score d'impulsivité. 

Il existe un déficit spécifique en traitement séquentiel chez les hyperactifs, toute éclipse de l’attention interrompant les processus cognitifs (qui nécessitent ici un stockage mémoire des infos) ; les blancs de l’attention sont moins désorganisateurs pour les processus simultanés, dans lesquels l’information demeure accessible en permanence, des rattrapages sont donc possibles.

Clinique:

 L'hyperactivité est définit classiquement par:

- un déficit de l'attention

- une hyperactivité

- une impulsivité

Ces trois facteurs sont associés en proportion variable pour un même enfant; il existe une variabilité clinique importante, sur le plan quantitatif comme sur le plan qualitatif. Le trouble est durable dans le temps et se manifeste dans tous les lieux de vie de l'enfant, quelque soit l'environnement.

Depuis qu'il marche, l'enfant est turbulent, infatigable, se précipite (agitation psychomotrice). Il interrompt les conversations, commence tout et ne termine rien, a même du mal à rester à table le temps d'un repas, ou devant une émission de télévision qu'il avait pourtant envie de regarder. Du fait de l'impulsivité (mouvement rapide, automatique, non contrôlé) l'enfant apparaît maladroit et est à l'origine de catastrophes domestiques. Sur le plan relationnel, il interagit aussi trop vite, n'attendant pas les réponses, ce qui peut provoquer des quiproquos voire des incidents diplomatiques.. et on aboutit ensuite à des réactions anticipées agressives de la part de l'enfant qui pense d'emblée que l'autre va mal réagir...

Les enfants qui présentent un trouble d'attention isolé, vont surtout se faire remarquer par des troubles de compréhension verbale, et des troubles des apprentissages dans tous les domaines (voir ci-dessus).

Maladie ou syndrome ?

1. L'hyperactivité est un syndrome, c'est à dire qu'elle est non spécifique et se rencontre dans un grand nombre de pathologies développementales de l'enfant:

  • déficits sensoriels 
  • retard mental et maladies génétiques avec atteintes neurologiques, maladies métaboliques…
  • affections neurologiques diverses
  • prématurité
  • troubles de personnalité, quels qu'ils soient ( enfants anxieux, comportements autistiques, troubles de l'attachement....) 

2. Le trouble d'attention isolé est rare... et doit faire rechercher une épilepsie-absence de l'enfant ou une prise de médicament psychotrope ( dans les traitements psychiatriques et neurologiques, mais attention aussi à certains anti-tussifs et anti douleurs)

3. Il existe une forme primaire de Trouble Déficit de l'Attention avec (ou sans) Hyperactivité TDA/H :

C'est cette forme qui sera considérée comme un trouble spécifique. Néanmoins sur le plan clinique, le tableau est exactement le même que pour des formes secondaires et le diagnostic sera, comme pour tous les troubles spécifiques, un diagnostic d'élimination. Les statistiques sont très variables d'un pays à l'autre et d'une étude à l'autre dans un même pays, du fait de cette difficulté à repérer le trouble isolé de l'ensemble des pathologies développementales: les statistiques en France varient de 3 à 10% d'enfants hyperactifs!

 La plupart du temps la conduite à tenir médicale est empirique et pragmatique:    

                           - on affirme le syndrome hyperkinétique et on le quantifie;

                          - on recherche une étiologie ( voir ci-dessus) qui permettrait de proposer un traitement étiologique approprié.

                          - on propose une prise en charge éducative, thérapeutique, médicamenteuse ( voir article suivant)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NEUROBIOLOGIE DE L’ADHD

 

 

L’ADHD est principalement associé ( mais pas exclusivement ) avec un métabolisme et un volume réduit du cortex frontal droit et des structures sous-corticales droites, une diminution du volume cérébral total, un cérébellum plus petit ainsi qu’un corps calleux diminué. Le comportement serait lié à un problème d’inhibition dû à une anomalie génétique dans le fonctionnement des structures frontales. En fait sur des TDM basse résolution ( LORETA), la localisation du déficit porterait plutôt sur l’occiput ! en accord avec des modification des voies nigro-striées. Il ne s’agit pas d’une desinhibition mais d’une difficulté de l’orientation initiale de l’attention à un stimuli.

 

L’ADHD est lié à un hypofonctionnement dopaminergique.

Il y a 5 R DOPA ( D1 à D5 ) et le syst DOPA consiste en deux faisceaux principaux : la voie nigro-striée et la voie méso-cortico-limbique. Dans l’ADHD, il y aurait une anomalie génétique de la protéine DAT, transporteur membranaire D2 de la DOPA. La libération de la DOPA est réduite dans le cortex préfrontal et dans les vois nigro-striées

Il y des différences dans le sexe et avec l’âge de la surproduction et de l’élimination de la DOPA, ce qui explique la clinique ;

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Le Duigou NellyDernière modification 26/03/2009 12:46

Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

Ce site respecte les normes suivantes :