Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Qu'est ce qu'un trouble des apprentissages ? Troubles spécifiques du langage oral Développement du langage oral: dépistage d'un trouble
Actions sur le document

Développement du langage oral: dépistage d'un trouble

Développement de la compréhension, de l'expression, dépistage à chaque étape

Les bases neurologiques de l’acquisition du langage:

  •  Des compétences innées :

    - Rôle important de l’asymétrie des 2 hémisphères pour le développement du langage (migration neuronale pendant la vie intra-utérine)

    - Les études d’agrégation familiale sont en faveur d’une composante génétique des troubles spécifiques du langage, mais les études systématiques de caryotype dans cette population ne retrouvent qu’une faible incidence ( 3 à 5%) d’aberration chromosomique: il n'y a pas de lien de causalité simple.

  •  "Inputs":

    Le rôle de l’environnement est esssentiel +++ : il permet la maturation neurologique (mise en place des réseaux de connexions interneuronales à partir d'une stimulation externe)

  

 ------ >   il existe une prédisposition génétique, mais l'origine des troubles spécifiques du langage est probablement multifactorielle.

 

Langage, développement psychomoteur et affect :

L’acquisition du langage est étroitement liée :

  •  au développement sensori-moteur de l’enfant :

 A partir de ce qu'il voit, de ce qu'il touche, de ses mouvements, d'abord avec les autres puis seul, l'enfant va pouvoir nommer, décrire : on pointe du doigt, on regarde la chose puis son interlocuteur et on dit :" tiens!" ou "saute!" ou "soleil!" 

La compréhension de l'enfant précède toujours ses capacités d'expression d'environ 6 mois.

  •  à l’interaction:

Le rôle de l’affect est primordial dans la genèse et la construction du langage : la façon dont la mère et le père (ou toute personne qui prend soin de l'enfant dans les premiers temps) est remplie d'émotion et d'attention pour le bébé (les psychanalystes appellent cela la préoccupation maternelle primaire). L'enfant jeune a de son côté une compétence innée à s'intéresser à la mimique de son interlocuteur, et à imiter sa mimique, son regard, ses mouvements de lèvres ou de langue. Les deux partenaires se répondent tour à tour, d'abord de façon un peu opportune, hasardeuse, puis, à mesure qu'ils se découvrent et se reconnaissent, de façon personnelle, intime. Le plaisir partagé de la découvre réciproque est un vrai moment de bonheur... propice à s'écouter et se parler. C'est dans ce cadre chaleureux, contenant que le langage va s'organiser pour l'enfant, comme un moyen merveilleux de comprendre l'autre et de se faire comprendre.

------- >  chez le jeune enfant, les conditions socio-familiales et affectives jouent un rôle important dans la mise en place harmonieuse du langage. La prévention à ce niveau est très importante (aider les parents en situation de carences ou de souffrance psychologique)

------- >  l'enfant jeune doit avoir des compétences innées qui amorcent le langage et la socialisation au sens large : un enfant "absent" de cette première relation, qui ne répond pas aux sollicitations bienveillantes de son entourage doit bénéficier d'un examen approfondi :

  • éliminer un syndrome autistique (le bébé n'a aucun plaisir à communiquer, quelque soit le mode de communication proposé),
  • une surdité (enfant silencieux, qui ne répond pas aux sollicitations verbales),
  • un trouble spécifique du langage : dans ce cas, le bébé répond bien aux sollicitations dans l'ensemble, mais se trouve dans l'incapacité d'imiter les sons de la langue et ne développe pas de babillage canonique  +++

   

Les étapes développementales du langage dont il faut surveiller la mise en place :

    • Babillage canonique :

C'est la capacité pour l'enfant de reconnaître puis de reproduire volontairement les sons de sa langue maternelle : en français, l'enfant repère très vite (dès 5-6 mois), la régularité principale consonne/voyelle/consonne/voyelle/ etc... "batabada". Le babillage canonique s'enrichit et s'étend jusqu'à environ 15 mois, puis décroit quand apparaissent les premiers mots.

    • Segmentation :

C'est l'apparition des premiers mots : à partir d'un enchainement sonore ininterrompu (le blabla de l'entourage...), l'enfant va distinguer des formes qui reviennent plus que d'autres, et qui l'intéressent fortement dans sa vie quotidienne : maman, biberon, dodo... Dans les interactions quotidiennes, l'enfant met progressivement un sens sur les formes sonores qu'il entend; ces formes sonores deviennent des mots, dès 7 - 8 mois. Il pourra les produire seulement bien plus tard, entre 12 et 18 mois, et en les simplifiant.

    • Association de 2 mots:

A partir de 16-20 mois, l'enfant va commencer à enchainer deux mots, ce qui traduit sa faculté à associer deux concepts pour exprimer un message plus complexe qu'une désignation,

comme "papa pa(r)ti" : action et son sujet, ou encore "totosse bébé": possession.

L'essence même de la communication orale est comprise ; l'enfant ne fera qu'affiner et développer le principe fondamental de la combinaison de mots par la suite

    • Phrases:

Autour de trois ans, l'enfant fait une phrase simple avec sujet verbe, un ou deux compléments. Il commence à conjuguer (mais très approximativement !) et emploie les articles, les pronoms personnels et parle en son nom : "je"

    • Discours:

A 5-6ans, l'enfant maîtrise l'essentiel de la situation de dialogue : il sait qu'il ne partage pas toujours la pensée de l'autre, qu'il peut trahir, convaincre, informer, faire rire (ou fâcher !) en décalant son propos et ses actes... il maîtrise le vocabulaire du temps et de l'espace, ce qui lui permet de raconter des petites histoires et d'exprimer des choses du passé ou du futur, ou qui n'ont jamais eu lieu !

----->   Un retard dans l'acquisition de ces étapes doit mettre en état de vigilance les parents et les médecins :

          - Parfois ce sont les premières manifestations d'un trouble plus durable. Au moindre doute, un premier bilan de dépistage sera proposé. Ce bilan refait 6 mois plus tard montre une aggravation du trouble par rapport à la classe d'âge.

          - Parfois, il s'agit d'un retard simple : les variations développementales chez un jeune enfant sont très importantes ; on peut avoir un décalage de 6 mois par rapport à un stade de développement sans que cela soit pathologique : on refait un bilan 6 mois plus tard qui montrera un rattrapage significatif.

Par Le Duigou NellyDernière modification 26/03/2009 12:46
« Février 2018 »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28
 

Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

Ce site respecte les normes suivantes :