Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Qu'est ce qu'un trouble des apprentissages ? Troubles spécifiques du langage oral Les enfants atteints de dysphasie
Actions sur le document

Les enfants atteints de dysphasie

Epidémiologie, symptomatologie, traitements et rééducations

    EPIDEMIOLOGIE, SYMPTOMATOLOGIE:

    • On retrouve des antécédents familiaux dans certains cas
    • La prévalence est  de 0.5 à 1% des enfants avec 2/3 de garçons

    • Stabilité du déficit : le langage ne démarre que vers 4 ans et les évaluations aux tests orthophoniques sont très lontemps en dessous de -3 ou -4 écarts-types. Les progrès sont lents ; il n'y a pas de "déblocage" subitement de la parole, les enfants ne le font pas exprès.
    • Donc les enfants ont besoin d'utiliser d'autres stratégies pour communiquer : suppléance par la mimique, la gestuelle, les supports visuels et le contexte dans lequel ils sont. Ces enfants restent plus longtemps que les autres dans l'action concrète, dans l'agir : on les retrouve parmi les enfants dits "remuants", voire "instables".
    • Le langage oral étant le support de notre pensée (ressenti et partage des émotions, développement du monde symbolique et des représentations du monde...), les enfants dysphasiques ont du retard dans toutes ces acquisitions. Ils sont souvent vus comme des enfants immatures et ont du mal à se retrouver dans les jeux avec des enfants du même âge.
    • Dans certaines formes de dysphasie d'expression, il existe des anomalies des praxies bucco-faciales associées (la commande centrale des organes de prononciation comme la langue, le voile du palais, les lèvres, la mimique, est perturbée).
    • Ces enfants développent avec l’âge un sentiment subjectif de handicap ; ils peuvent se rendre compte très tôt de leur impossibilité à communiquer et cela perturbe fortement la relation affective qu'ils vont avoir avec leur entourage : retrait relationnel et repli sur soi, ou au contraire irritabilité et agressivité. Ils auront tendance à rester plus longtemps dans la sphère parentale (car l'enfant se sent plus en sécurité avec eux quand seuls les parents arrivent à le comprendre). Certains enfants dysphasiques ont donc des angoisses de séparation importantes.

    Si l'enfant n'est pas compris et aidé précocément, il peut développer secondairement des troubles du comportement et de la relation assez sévères.

    • C’est une des causes d’illettrisme ; la dysphasie s’accompagne toujours de troubles des apprentissages, en mathématique et dans l'acquisition du langage écrit. Cependant, il y a de nombreuses formes différentes de dysphasie et il n'est pas possible précocément de savoir quelles seront les compétences de l'enfant plus tard. En effet, pour certains enfants dysphasiques, les repères visuels du langage vont l'aider à progresser en langage oral (meilleure compréhension de la structure du langage, renforcement de la conceptualisation par les mots écrits...). Si l'acquisition de la correspondance lettre-graphème (voir chapitre qu'est-ce que la lecture dans troubles spécifiques du langage écrit ) est surmontée, les progrès peuvent être considérables. C'est pourquoi on encourage précocement les enfants dysphasiques à "jouer" avec les lettres et les mots écrits à l'école.

    TRAITEMENTS, REEDUCATIONS:

    • Lorsque l'enfant est jeune, il faut privilégier la communication spontanée :
    1. Début de rééducation en orthophonie qui passe par la prise de conscience de "comment on communique ensemble", plaisir de l'échange, respect des conventions de communication, prise de conscience progressive des difficultés, ce qui permettra alors de travailler plus précisément les difficultés spécifiques de langage chez l'enfant.
    2. Education thérapeutique pour la famille utile si les parents se sentent fortement démunis pour communiquer avec leurs enfants, pour prévenir et traiter des dysfonctionnements de la relation au sein de la famille ( exigences inappropriées des parents croyant bien faire, troubles du comportement et angoisses de séparation importantes chez l'enfant). Les équipes de pédopsychiatrie peuvent répondre à cette demande.

    • Ensuite:
    1. La prise en charge en orthophonie sera intensive et longue... il faudra savoir l'organiser de façon ludique, facile à mettre en oeuvre dans la vie de l'enfant, et faire des pauses de temps en temps pour deux raisons:                            

                                  - ne pas surcharger un enfant fatigué et démotivé

                                  - laisser l'enfant se débrouiller seul pour qu'il automatise (y accéder facilement et rapidement dans la vie de tous les jours) les connaissances apprises en rééducation.

      La rééducation en orthophonie prend en charge les troubles spécifiques du langage oral et les troubles associés : dyspraxies bucco-faciales, troubles de la mise en place de la lecture et de l'écriture, troubles en logico-mathématique. Il est possible que deux orthophonistes différent(e)s interviennent auprès d'un enfant. Le logicomathématique est une compétence annexe et certain(e)s orthophonistes ne le pratiquent pas.

    2. Prendre en compte les troubles associés:                                                                                                                   

            - psychothérapie  chez un enfant qui présente un trouble de la relation ou du comportement associé

            -  surveillance des fonctions neurosensorielles (yeux et oreilles) afin d'intervenir très vite sur un risque de surhandicap  (suivi ophtalmologique,  bilan  audiométrique)

            -  prise  en compte des difficultés praxiques et graphomotrices chez certains enfants ( ergothérapie)       

                        

    3.    Prendre en compte les besoins pédagogiques spécifiques de l'enfant à l'école:

                            - le médecin scolaire peut aider l'équipe éducative à adapter la prise en charge de l'enfant à l'école, et propose à la famille des aides spécifiques à demander à la MDPH (voir chapitre liens utiles, institutions) et des bilans complémentaires si nécessaire.

                           -  en cas de dysphasie sévère, l'éducation spécialisée est préconisée, d'abord en classe spécifique du langage s'il n'y a pas trop de difficultés associées, parfois dans le cadre des classes spécialisées non spécifiques ou en instituts médico-éducatifs si le handicap est important.

                                                                                                                                                                                                                    

    Par Le Duigou NellyDernière modification 29/10/2011 21:46
    « Décembre 2017 »
    Di Lu Ma Me Je Ve Sa
    1 2
    3 4 5 6 7 8 9
    10 11 12 13 14 15 16
    17 18 19 20 21 22 23
    24 25 26 27 28 29 30
    31
     

    Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

    Ce site respecte les normes suivantes :