Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Qu'est ce qu'un trouble des apprentissages ? Troubles spécifiques du langage oral Trouble spécifique du langage oral (TSLO) ou dysphasie développementale
Actions sur le document

Trouble spécifique du langage oral (TSLO) ou dysphasie développementale

Définition, description du trouble, classifications, conséquences sur les apprentissages

  • Voici la définition de l'Organisation Mondiale de la Santé pour les

 

 Troubles spécifiques du développement de la parole et du langage:

 

Troubles dans lesquels les modalités normales d'acquisition du langage sont altérées dès les premiers stades du développement. Ces troubles ne sont pas directement attribuables à des anomalies neurologiques, des anomalies anatomiques de l'appareil phonatoire, des altérations sensorielles, un retard mental ou des facteurs de l'environnement. Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage s'accompagnent souvent de problèmes associés, tels des difficultés de la lecture et de l'orthographe, une perturbation des relations interpersonnelles, des troubles émotionnels et des troubles du comportement.[1]"

 

  • Il existe, selon GERARD[2] différents types de dysphasie pour lesquels on peut retrouver au moins trois des marqueurs suivants :

 

-         Trouble de l'évocation lexicale : l'enfant a du mal à trouver ses mots (manque du mot), utilise un mot pour un autre, invente des mots, répète le même mot de façon inappropriée ;

 

-         Trouble vrai de l'encodage syntaxique : l'enfant a des difficultés pour construire ses phrases, conjuguer les verbes, utiliser les déterminants, les mots-outils. Au pire, il juxtapose uniquement verbes et substantifs. On parle souvent d'agrammatisme ou de dyssyntaxie.

 

-         Trouble de la compréhension verbale, chez un enfant ne présentant pas de déficit intellectuel.

 

-         Hypospontanéité verbale : l'enfant parle peu spontanément, et à l'aide de phrases courtes (mot-phrase dans sa forme la plus réduite).

 

-         Trouble de l'informativité : l'enfant est difficilement compréhensible par le seul canal verbal. Il a souvent recours à des moyens palliatifs (gestes, mimiques…).

 

-         Dissociation automatico-volontaire : l'enfant est capable de dire des choses compliquées spontanément alors qu'il peut lui être impossible de les produire sur demande. Les performances langagières sont très fluctuantes.

 

 

  • Ces difficultés sont durables dans le temps pour un même enfant, mais la plupart du temps, c'est un enfant qui ne babille pas dans la première année de vie et qui commence à parler seulement vers 3-4 ans.

Tous les critères ne se retrouvent pas de façon systématique et les degrés d'atteinte sont variables : donc chaque enfant dysphasique est différent.

 

  • Chez certains enfants dysphasiques, la discrimination des sons de la langue peut être très perturbée (l'oreille est intacte, mais le cerveau ne sait pas faire l'analyse des sons). Cette forme s'appelle la dysphasie "réceptive", car c'est la compréhension linguistique du message de l'interlocuteur qui est à la base du problème. Cette forme est moins fréquente que la suivante mais plus sévère car la compréhension linguistique très altérée nécessite de développer le langage (communication, accès à la pensée conceptuelle), par des moyens non verbaux.
  • La forme la plus fréquente de dysphasie développementale est la dysphasie phonologique - syntaxique: c'est un trouble de la production langagière (capacité à encoder le langage, c'est à dire à mettre en forme la phrase qu'on va dire: mettre les sons dans le bon ordre pour faire un mot, mettre les mots dans le bon ordre pour faire une phrase, respecter le genre, le nombre, les règles fondamentales de grammaire...). Dans cette forme, la compréhension est globalement préservée, mais le retard de développement global de mise en place du langage interactif et la fatigabilité de l'enfant quand il communique oralement, font que parfois il existe aussi des difficultés de compréhension.
  • Les troubles du langage n'épargnent pas le domaine de l'écrit (association phonème-graphème) et les mathématiques. En effet, même si le trouble est spécifique au langage oral, la composante langagière des mathématiques (comptine, connaissance des nombres, opérations, raisonnement verbal) engendre des problèmes d'apprentissage.

 



[1] CIM-10, Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes; Dixième édition, volume 1, p. 396, Organisation Mondiale de la Santé, Genève, 1993

[2] GERARD C.-L., L'enfant dysphasique, De Boeck Université, Bruxelles, 1993

Par Le Duigou NellyDernière modification 26/03/2009 12:46
« Septembre 2017 »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
 

Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

Ce site respecte les normes suivantes :